25$ de rabais pour les rendez-vous pris en ligne !
Grand Montréal, Rive-Nord, Rive-Sud
450-275-2324
info@clicinspections.com

analyses des matériaux

MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

Le test des matériaux sert à détecter les matières minérales telles que l’amiante ou le plomb, que l’on peut retrouver dans certains matériaux (isolants, revêtement extérieur, tuiles de plancher ou de plafond, plâtre, etc.), dans le cas de l’amiante ou dans le peinture, dans le cas du plomb.

Ces matières, lorsque présentes dans les matériaux, peuvent entraîner de sérieux problèmes de santé. Il est donc essentiel de les détecter pour ensuite mettre en place les recommandations nécessaires, selon le cas.

PRÉSENCE D’AMIANTEPRÉSENCE DE PLOMB

PRÉVENIR LES PROBLÈMES DE SANTÉ LIÉS À LA PRÉSENCE D’AMIANTE ET DE PLOMB

L’exposition au plomb ou à l’amiante peut provoquer des problèmes de santé, qui ne sont pas à négliger. 

L’analyse des matériaux permet d’établir s’il y a présence de ces matières et, ainsi, d’éviter des problèmes de santé tels que le retard de développement du cerveau chez l’enfant, des problèmes d’hypertension artérielle, des maladies vasculaires périphériques ou encore de graves maladies respiratoires, allant même jusqu’au cancer du poumon.

PRÉVENIR LES CONSÉQUENCES D’ORDRE MATÉRIEL OU FINANCIER

Saviez-vous que lorsqu’ils sont manipulés ou déplacés, les matériaux contenant de l’amiante peuvent libérer des fibres dans l’air? Que la peinture à base de plomb peut s’éfriter avec le temps et se retrouver dans la poussière qui recouvre les meubles de la maison?

Dans le cas de travaux de rénovation, par exemple, déceler la présence d’amiante ou de plomb dans les matériaux pourrait nécessiter une décontamination professionnelle des lieux, pouvant s’avérer très coûteuse.

Présence d’amiante

À qui s’adresse ce type de test?

Pendant un demi-siècle, jusque dans les années 1980, l’amiante s’utilisait dans les immeubles à bureaux, les établissements, les bâtiments publics et les écoles. Il servait à isoler les systèmes de chauffage à eau chaude, en plus de faire fonction d’isolant ignifuge et acoustique dans les murs et les plafonds.

L’amiante s’est aussi retrouvé dans de nombreux produits autour de la maison. Il entrait dans la fabrication du bardage à clin; des bardeaux et du feutre de toiture; du bardage; du revêtement de tuyaux et de chaudières; de composés et de ciment, tels le calfeutrage, le mastic et les matériaux de réparation des toitures; de ciment à calorifère et de revêtement pour voies d’accès pour
automobiles; de panneaux muraux; d’enduits texturés et de peintures au latex; de carreaux acoustiques pour plafonds et d’enduit au plâtre; de carreaux de revêtement de sol en vinyle, etc. Il pourrait aussi y avoir de l’amiante amphibolique dans certains isolants de vermiculite en vrac.

Si votre propriété a été construite avant les années 1980, elle est donc susceptible de contenir certains matériaux composés de fibres d’amiante.

D’après Santé Canada, il est raisonnable de supposer qu’un bâtiment isolé avec un vieux produit de vermiculite puisse contenir de l’amiante. Dans de tels cas, le test de vermiculite s’impose.

À quel moment la présence d’amiante peut-elle représenter un problème?

Une exposition fréquente ou prolongée aux fibres d’amiante risque toujours de nuire à la santé. La situation peut survenir lorsque
des fibres se libèrent dans l’air, par suite de la dégradation des produits en contenant, que ce soit en raison de la détérioration attribuable au vieillissement ou lors de la coupe ou la manipulation.

Les gens peuvent souvent mettre leur santé en péril sans s’en rendre compte, s’ils ne prennent pas les précautions appropriées au moment d’entreprendre des travaux de réparation ou de rénovation nécessitant le déplacement de matériaux contenant de l’amiante. Cela peut se produire dans les situations suivantes :

• Déplacement d’un isolant de vermiculite en vrac pouvant contenir de l’amiante.
• Enlèvement des bardeaux de toiture en voie de détérioration et du bardage contenant de l’amiante, ou manipulation de feutre de toiture contenant de l’amiante.
• Enlèvement du vieil isolant d’amiante autour d’un chauffe-eau.
• Ponçage ou décapage de carreaux de revêtement de sol en amiante.
• Rupture des carreaux acoustiques pour plafonds contenant de l’amiante.
• Ponçage du plâtre contenant de l’amiante ou ponçage ou déplacement de plâtre acoustique qui confère aux murs et aux plafonds un aspect légèrement texturé.
• Ponçage ou décapage de vieux revêtements d’amiante à base d’eau comme les composés de toiture, les produits de rebouchage, les enduits d’étanchéité, la peinture, ou le mastic, le calfeutrage ou les plaques de plâtre.
• Taille, perçage ou adoucissement des rives rugueuses de matériaux d’amiante neufs ou anciens.

retour

Présence de plomb

À qui s’adresse ce type de test?

Au Canada, environ un logement sur quatre a été construit avant 1960. Il est conseillé de présumer que tous les logements construits avant 1960 renferment de la peinture à base de plomb. Ce ne sont pas toutes les vieilles maisons qui contiennent des sources de plomb, mais c’est le cas de certaines, et il importe donc, à titre de propriétaire ou de locataire, que vous connaissiez les mesures de sécurité à suivre.

Même si ce ne sont pas toutes les vieilles demeures qui contiennent de la peinture à base de plomb, vous devriez présumer que la vôtre en contient jusqu’à ce que vous ayez fait analyser un éclat de peinture ou de la poussière de peinture par un laboratoire.

À quel moment la présence de plomb peut-elle représenter un problème?

Au Canada, jusqu’aux années 1960, le plomb était ajouté en quantités importantes dans les peintures à usage résidentiel et industriel. Même s’il est rare que les maisons construites après 1960 contiennent des quantités élevées de peinture à base de plomb, il existe quelques exceptions.

La peinture s’effrite, s’écaille ou s’érode avec le temps, et cela est encore plus vrai dans les zones de haute friction comme les fenêtres, les embrasures de portes, les escaliers et les planchers peints. Les surfaces extérieures peintes comme les vérandas, les balustrades et les rampes sont soumises aux intempéries et peuvent se détériorer, créant ainsi un risque d’exposition au plomb. En outre, de la poussière plombifère peut être produite au cours de rénovations. Cette poussière est souvent imperceptible. Elle colle aux doigts des enfants, qui l’ingèrent ensuite.

retour